Mardi soir j’avais un rendez-vous sur le site TCRM-Blida. Vous connaissez cet ancien site d’entretien des bus TCRM? Le site composé de grands halls et  quelques bâtiments administratifs est à présent un des quatres bâtiment TOTEM pour les créateurs de start-up et autres entreprises dans des domaines innovants.

Je me suis rendu sur le site pour répondre à l’invitation d’un jeune homme passionné qui voulait me faire découvrir « sa » collection. A l’entrée du site on est accueilli par des enseignes lumineuses : une bouche rouge, une oreille jaune, un œil bleu… On perçoit rapidement le décalage entre les origines  industrielles du site et son usage actuel pour des « start-ups ». Lorsque je passe les portes rouges du premier hangar, une odeur de bois découpé et de métal chauffé m’envahit. J’arrive dans un atelier où des personnes s’affèrent à leurs constructions. Ce bâtiment loge une entreprise qui fabrique des tables, des chaises en bois, à coté je découvre un homme à l’ouvrage qui soude une structure métallique.

 

IMG_2349

Dans ce grand espace mon regard est rapidement attiré vers la droite où je vois des lumières clignoter. Au milieu de ses machines scintillantes et bigarrées, je découvre le jeune homme que je cherchais : David Rouby. C’est avec une certaine fierté qu’il me fait découvrir sa jeune entreprise TRYPTIK Games. Il faut revenir à l’enfance de ce quarantenaire pour comprendre son parcours et cette passion. Sa grand-mère était la patronne du célèbre café « Le Rond Point » à Metz. A l’âge de 10 ans il a vu entrer dans le bar de sa grand-mère la première borne d’arcade : PACMAN. Le succès fut immédiat, les autres bornes ont suivi, les flippers également. Tout le monde a mis au moins une pièce dans ces machines pour jouer une partie. Qui n’a pas vécu cette frustration de ne pas avoir une dernière pièce à glisser dans ses machines pour battre son meilleur score ou fini une partie! Dans les années 80 fort du succès de PACMAN de nouveaux jeux  sont apparus : SPACE INVADERS, DONKEY KONG… Ensuite arrivèrent les nouvelles générations dans les années 90 : Les bornes d’arcade à  jouer à deux avec un jeu incontournable : STREET FIGHTER, les consoles cocktails en forme de table pour jouer face à face. A coté des bornes d’arcades et des flippers il y a également des empilements de circuit imprimés, des anciennes consoles de jeux vidéos Commodore 64, Amiga, des Amstrad 6128, des disquettes 3,5 pouces, 5 pouces 1/4. Je découvre un Apple IIC dans un carton, juste à coté de la première console de jeux « avec écran », la VECTREX (au début des consoles de jeux il fallait toujours partager la télévision avec ses parents.) La technologie évolue mais le plaisir reste intact. Ces machines font également partie de sa collection personnelle, elles sont la continuité naturelle des bornes d’arcades. C’est dans ce passé que David Rouby nous plonge avec sa collection qui grandit de jour en jour. On se dirige naturellement vers les bornes pour jouer comme autrefois. La magie de ces jeux est que les parents peuvent jouer avec leurs enfants et leur faire revivre leurs premiers frissons du jeu !

 

IMG_2363

La folie des bornes d’arcades est bien réelle car il devient difficile aujourd'huid’acheter des bornes même en mauvais état. Les dernières bornes dénichées sur Internet proviennent d’une discothèque située en Allemagne qui étaient restée 15 ans « dans leur jus ». Selon David : «  Il faut compter jusqu'à une semaine de travail pour remettre en service une borne d’arcade ». Maintenant que le parc de TRYPTIK est d’une vingtaine de bornes la société propose d’animer des événements pour que les convives puissent profiter de ses jeux. Il y a quelques mois une banque luxembourgeoise a loué toutes ces machines pour la fête annuelle de la société. Des particuliers louent également des jeux pour rendre des anniversaires plus « fun ». La ville de Metz profite également de ces machines pour offrir un moment de détente aux nostalgiques. Les messins peuvent également se replonger dans leur enfance lors d’animations organisées par TRYPTIK et la ville de METZ : SUMMER OF ARCADE. Comme la madeleine de Proust a remis le petit Marcel devant les fourneaux de sa tante Léonie, les jeux d'arcades nous rappellent ces bistrots remplis de fumée avec les clients accoudés au bar en train de boire de grandes choppes de bière Amos…